Agenda perpétuel

Une année pour célébrer la Nature

Bertrand Bernard

Gey Coline

Moi, c’est le lutin du Sureau ! On me demande de vous initier aux arcanes de la nature. Eh bien, laissez-moi vous entraîner dans cette belle aventure, pour une année de célébration de notre mère à tous,
Lire plus...

Moi, c’est le lutin du Sureau ! On me demande de vous initier aux arcanes de la nature. Eh bien, laissez-moi vous entraîner dans cette belle aventure, pour une année de célébration de notre mère à tous, la Terre. Ces pages sont les vôtres, remplissez-les d’émotions fortes, de sensations intimes, de convictions profondes. Une condition toutefois, oubliez cette idée de lutte permanente, profitez plutôt de sa formidable énergie vitale !

Moi, c’est le lutin du Sureau ! On me demande de vous initier aux arcanes de la nature. Eh bien, laissez-moi vous entraîner dans cette belle aventure, pour une année de célébration de notre mère à tous, la Terre. Ces pages sont les vôtres, remplissez-les d’émotions fortes, de sensations intimes, de convictions profondes. Une condition toutefois, oubliez cette idée de lutte permanente, profitez plutôt de sa formidable énergie vitale !

15,00 €

En stock

OU

ÉDITION  : Terran Editions / RÉFÉRENCE  : 56097 / ISBN  :  9782913288805 / FORMAT : 14 x 21 cm / NOMBRE DE PAGES  :  192 / DATE DE PARUTION  :  01-09-2015


L’auteur

Bertrand Bernard

Fils d’agriculteur redevenu paysan… Ce n’est pas une boutade !

En s’installant dans les Pyrénées avec sa compagne en 1977, sur une exploitation de polyculture élevage, Bernard Bertrand tourne résolument le dos à l’agriculture conventionnelle. Sans en avoir conscience alors, l’acte d’installation est politique : l’avenir de l’agriculture est familial et biologique, mais peu osent y croire ! Quelques années plus tôt, rebelle en lycée agricole, Bernard dénonçait déjà les dérives d’un système agricole et d’une profession qui détruisait la terre, son outil de travail… Aujourd’hui, après une longue réflexion sur son métier et les enjeux actuels, il dénonce ce qui restera comme « l’une des plus grandes mystifications de l’histoire », l’agriculture industrielle, présenté par de plus en plus d’agronomes comme une agriculture mortuaire. Cela n’empêche pas l’optimisme, on ne se refait pas. L’écrivain-paysan poursuit son combat pour une agriculture biologique et familiale novatrice, productive de biens et de liens sociaux, une agriculture qui redonne son indépendance au paysan.

Gey Coline

En savoir plus sur ce sujet