L'exil de Ferme-l'oeil

Bertrand Bernard

Haroux-Métayer Eliane

Pas toujours facile de trouver un lieu d'accueil quand on est migrant... Surtout quand une vilaine réputation de maraud ou de brigand vous colle à la peau ! C'est ce que va découvrir Ferme-l'oeil, le petit loir gris, à
Lire plus...

Pas toujours facile de trouver un lieu d'accueil quand on est migrant... Surtout quand une vilaine réputation de maraud ou de brigand vous colle à la peau ! C'est ce que va découvrir Ferme-l'oeil, le petit loir gris, à l'occasion de son premier exil hivernal. Heureusement les amis du verger de la Fontaine d'or veillent au grain et nous apprennent à mieux connaître ces voyageurs peu ordinaires, qui sont aussi des hibernants extraordinaires capables de vivre au ralenti pendant plus de six mois de l'année !

Pas toujours facile de trouver un lieu d'accueil quand on est migrant... Surtout quand une vilaine réputation de maraud ou de brigand vous colle à la peau ! C'est ce que va découvrir Ferme-l'oeil, le petit loir gris, à l'occasion de son premier exil hivernal. Heureusement les amis du verger de la Fontaine d'or veillent au grain et nous apprennent à mieux connaître ces voyageurs peu ordinaires, qui sont aussi des hibernants extraordinaires capables de vivre au ralenti pendant plus de six mois de l'année !

16,50 €

En stock

OU

ÉDITION  : Terran Editions / RÉFÉRENCE  : 56092 / ISBN  :  9782913288836 / FORMAT : 22 x 20 cm / NOMBRE DE PAGES  :  44 / DATE DE PARUTION  :  01-09-2015


L’auteur

Bertrand Bernard

Fils d’agriculteur redevenu paysan… Ce n’est pas une boutade ! En s’installant dans les Pyrénées avec sa compagne en 1977, sur une exploitation de polyculture élevage, Bernard Bertrand tourne résolument le dos à l’agriculture conventionnelle. Sans en avoir conscience alors, l’acte d’installation est politique : l’avenir de l’agriculture est familial et biologique, mais peu osent y croire ! Quelques années plus tôt, rebelle en lycée agricole, Bernard dénonçait déjà les dérives d’un système agricole et d’une profession qui détruisait la terre, son outil de travail… Aujourd’hui, après une longue réflexion sur son métier et les enjeux actuels, il dénonce ce qui restera comme « l’une des plus grandes mystifications de l’histoire », l’agriculture industrielle, présenté par de plus en plus d’agronomes comme une agriculture mortuaire. Cela n’empêche pas l’optimisme, on ne se refait pas. L’écrivain-paysan poursuit son combat pour une agriculture biologique et familiale novatrice, productive de biens et de liens sociaux, une agriculture qui redonne son indépendance au paysan.

Haroux-Métayer Eliane

En savoir plus sur ce sujet