Petite fugue au clair de lune

Bertrand Bernard

Haroux-Métayer Eliane

Une histoire fascinante, magnifiquement illustrée !
Apprivoiser la nuit ... Voilà qui n'est pas facile, tout est différent et parfois inquiétant! Mais comme souvent, sur une peur de ce que l'on ne connait pas. Cette petite fugue au clair de lune, à travers les
Lire plus...

Apprivoiser la nuit ... Voilà qui n'est pas facile, tout est différent et parfois inquiétant! Mais comme souvent, sur une peur de ce que l'on ne connait pas. Cette petite fugue au clair de lune, à travers les pérégrinations de deux et de leur guide, Masque-noir le blaireau, va nous permettre de percer les mystères de la vie nocturne.

Une balade initiatique pleine d'enseignements précieux pour mieux connaître la forêt.

Apprivoiser la nuit ... Voilà qui n'est pas facile, tout est différent et parfois inquiétant! Mais comme souvent, sur une peur de ce que l'on ne connait pas. Cette petite fugue au clair de lune, à travers les pérégrinations de deux et de leur guide, Masque-noir le blaireau, va nous permettre de percer les mystères de la vie nocturne.

Une balade initiatique pleine d'enseignements précieux pour mieux connaître la forêt.

16,50 €

En stock

OU

ÉDITION  : Terran Editions / RÉFÉRENCE  : 56080 / ISBN  :  9782359810110 / FORMAT : 22 x 20 cm / NOMBRE DE PAGES  :  44 / DATE DE PARUTION  :  01-09-2015


L’auteur

Bertrand Bernard

Fils d’agriculteur redevenu paysan… Ce n’est pas une boutade !

En s’installant dans les Pyrénées avec sa compagne en 1977, sur une exploitation de polyculture élevage, Bernard Bertrand tourne résolument le dos à l’agriculture conventionnelle. Sans en avoir conscience alors, l’acte d’installation est politique : l’avenir de l’agriculture est familial et biologique, mais peu osent y croire ! Quelques années plus tôt, rebelle en lycée agricole, Bernard dénonçait déjà les dérives d’un système agricole et d’une profession qui détruisait la terre, son outil de travail… Aujourd’hui, après une longue réflexion sur son métier et les enjeux actuels, il dénonce ce qui restera comme « l’une des plus grandes mystifications de l’histoire », l’agriculture industrielle, présenté par de plus en plus d’agronomes comme une agriculture mortuaire. Cela n’empêche pas l’optimisme, on ne se refait pas. L’écrivain-paysan poursuit son combat pour une agriculture biologique et familiale novatrice, productive de biens et de liens sociaux, une agriculture qui redonne son indépendance au paysan.

Haroux-Métayer Eliane

En savoir plus sur ce sujet